La non-violence dans la perspective du Bon Pasteur

Institut du Bon-Pasteur pour la Mission
La non-violence dans la perspective du Bon Pasteur

Sœur Claudia Palacios

 

 

Bien tardivement, comme sœur du Bon Pasteur et avec toute la famille du Bon Pasteur, j’ai beaucoup réfléchi et réalisé combien notre spiritualité était un cadeau pour nous, en relation avec le thème de la non-violence. C’est alors que je me suis tournée vers Sainte Marie-Euphrasie.

Marie Euphrasie est de toute évidence un bon modèle de non-violence pour nous. Elle a vécu des événements violents dans sa vie, comme les conséquences de la guerre, la mort subite de son père, la séparation d'avec sa famille, les difficultés à l'internat, etc et Marie Euphrasie a choisi de ne pas réagir de manière violente. Elle a réussi à surmonter sa douleur en la transformant en bonté.

A travers la beauté de la création, l’amour de ses parents et l’affection de ses professeurs et amis, Marie-Euphrasie a commencé un parcours, qui l'a conduite à expérimenter la profondeur de l’Amour en la transformant en "Artisane de paix". Elle savait que les signes d'amour et d'affection de ses proches, provenaient de la bonté présente dans chaque personne et venait de Dieu. Dans la solitude et la prière, elle est entrée en relation profonde et intime avec cette bonté. Elle était consciente que c'était la seule façon de mener à bien la mission. Elle a dit à ses sœurs religieuses : "Je vous en prie, mes chères sœurs, travaillez dur pour développer votre vie intérieure - une vie cachée en Dieu..." "La prière aide aussi à acquérir un bon jugement et à prendre de sages décisions"

Aujourd'hui, nous disons "quand nous parlons nous avançons". Employer les bons mots dans une langue est une qualité pour être une "artisane de paix". C’est vrai que les mots peuvent avoir un impact sur notre vie, mais ce qui fait la différence ce ne sont pas les mots soigneusement choisis, mais c'est de les " exprimer avec son cœur ". La disposition intérieure qui accompagne nos paroles est la véritable qualité d'une "artisane de paix".

Sainte Marie-Euphrasie nous le rappelle : "Quand le Bon Pasteur parle aux siens, il n'utilise jamais des mots de désespoir, désolation, de frustration, de défaite, de découragement, de peur, de confusion ou d'échec. Au lieu de cela, il donne à ses brebis des paroles d'espoir, de repos, de victoire, de paix, de pouvoir, de joie, de triomphe et d'amour". Ces paroles éveillent en nous un lien fort avec la paix et notre spiritualité du Bon Pasteur. Sainte Marie-Euphrasie est devenue une "artisane de paix" grâce à son expérience de s’être laissée former par Dieu comme bergère et d'être bonne bergère pour les autres.

 

Tous ceux d'entre nous qui entendent cet appel et partagent cette passion pour guérir les personnes blessées, ramener celles qui sont perdues, servir celles qui se trouvent économiquement défavorisées, défendre les femmes et les droits humains, etc. ont la responsabilité de le faire de manière pacifique et non violente, envers les gens que nous servons et ceux qui sont cause de douleur et de souffrance. Mais la non-violence n’est jamais passivité.

Pour être des "artisans de paix", nous devons être humbles et laisser Dieu nous guider, en prenant le temps de développer notre relation avec Celui d'où nous vient notre force. Nous devons reconnaître nos erreurs et être les premiers à chercher la réconciliation quand c’est nécessaire. Nous devons reconnaître nos dons et nos talents et les utiliser au service des autres. Pour être des "artisans de paix ", nous devons avoir le courage d'être des bergers et des bergères et de donner avec cœur et sans jugement, des paroles d'espérance, de repos, de victoire, de paix, de puissance, de joie, de triomphe et d'amour. Nous devons être forts pour être aux côtés de ceux qui sont opprimés, pour être la « voix des sans voix », pour que   nos vies et nos cœurs soient une protestation contre la violence dont souffrent tant de gens. Nous devons persévérer dans nos actes et nos paroles pour accomplir sans nous plaindre notre mission de paix.

 

Sainte Marie-Euphrasie nous dit aujourd'hui : "Réveillons-nous et allons de l'avant ! Comme nous sommes tous des bergers, ou si vous préférez des bergères, aucun petit coin de la terre ne devrait nous retenir." Face à toutes ces questions de justice sociale, toute notre vie, devrait être un témoignage puissant et pacifique du monde que nous voulons construire, un monde dans lequel l’expression soit libre, face à l'oppression et à la violence. Quoi que nous fassions - conseiller, enseigner, entretenir, garder les enfants, servir ceux qui sont dans le besoin directement ou indirectement - nous le faisons en vivant notre appel à être " une image vivante du Bon Pasteur au milieu du cher troupeau " et ainsi comme Marie-Euphrasie, nous deviendrons des "artisans de paix".