A l'aube de l’ère de la communauté transformatrice

Proposer des approches systémiques et innovantes pour modeler une société en évolution

De Community Works, INC Web site

Par Mark Clarke

 

Quand la rhétorique et les choix de nombreuses nations deviennent de plus en plus des choix de « tribu », la société a besoin de communautés transformatrices qui recherchent le bien commun. Les communautés transformatrices sont nécessaires, car elles donnent chair au cheminement spirituel de l'incarnation ou des relations avec la résurrection ou la transcendance. Ce voyage spirituel collectif est essentiel dans un monde de progrès et de lutte autour de l'identité culturelle. Ces communautés sont appelées à vivre les mots de Teilhard de Chardin, "Il y a deux types d'énergie dans l'univers : l'énergie tangentielle (énergie d'attraction) et l'énergie radiale (énergie de transcendance)". Il a mis en lumière ces énergies sur l'amour et la conscience, en indiquant qu’elles « sous-tendent les dimensions intérieure et extérieure de la nature ». 1 Les communautés transformatrices incarnent ces deux énergies lorsqu'elles discernent et explorent leur avenir au cœur du mystère de ces temps.

Aujourd’hui et dans l’avenir, l’information, les biotechnologies, l’intelligence artificielle et une myriade d’autres progrès technologiques transforment chaque fibre de notre culture. Ce changement de paradigme offre de nombreuses opportunités, mais favorise la dislocation économique et émotionnelle. Pour beaucoup, ce sentiment d'aliénation suscite de nombreuses émotions allant de l'espoir au désespoir. C’est pourquoi le rôle des communautés transformatrices est d’être un symbole d’optimisme réaliste dans un contexte de changement émotionnel.

Les groupes transformateurs entrent dans ce mystère du changement qui cherche à créer des sociétés saines, fondées sur un cadre sociétal plus interdépendant. Ils se voient comme des pèlerins en cheminement spirituel, profond et sacré. Les communautés transformatrices comprennent l'importance de la pensée systémique et des relations de collaboration qui se transcendent, découvrant des solutions significatives pour aborder des problèmes critiques : la dégradation de l'environnement, la pauvreté, l'immigration et la traite des êtres humains.

Les communautés transformatrices équilibrent l'importance des relations avec la prise de conscience que la vie consiste à transcender le moment. C'est un équilibre entre l'ego qui s’organise et le bien commun. Dieu nous appelle toujours à aller au-delà de cette période. Dans son livre, ‘Politique et Société’, le pape François a déclaré : "C’est le secret, chers amis, nous sommes tous appelés à le partager. Dieu attend quelque chose de votre part. Il vient ouvrir les portes de nos vies, de nos rêves, de nos façons de voir les choses. Dieu vient ouvrir tout ce qui vous retient enfermé. Il vous encourage à rêver. Il veut vous faire voir ça ; avec vous, le monde peut être différent. Car, à moins d’offrir le meilleur de vous-mêmes, le monde ne sera jamais différent. " 2

C'est cet appel à emprunter le chemin de l'incarnation et de la résurrection qui permet à chacun de se sentir connecté à la société tout en transcendant ses faiblesses.

Ces messages de Th. de Chardin et du pape François mettent en place le contexte et les fondements de toutes les communautés transformatrices.

Quand une communauté de discernement développe ses réseaux pour une plus grande responsabilité sociale, cela doit s’enraciner dans un discours fort. Ces quatre disciplines : discernement, réseaux sociaux, responsabilité sociale et récit créent la capacité d'être des leaders spirituels pour le changement social.

Les communautés transformatrices sont fondamentalement des pionnières offrant des approches systémiques et innovantes pour façonner une société en évolution. Leur engagement spirituel consiste à proposer sans cesse des solutions concrètes leur permettant d'intégrer le message évangélique : « mettre le vin nouveau dans des outres neuves ». Ce pèlerinage est au cœur de leur voyage spirituel collectif.

En même temps, elles sont conscientes de leurs lacunes, et reconnaissent à la fois leurs dons et leurs carences. Ces entités embrassent l'appel divin à transcender leurs limites du moment. Yuval Noah Harari, dans son livre intitulé 21 leçons pour le XXIe siècle, déclare : « La dimension mondiale de nos vies signifie qu'il est plus important que jamais de ne pas cacher nos préjugés religieux et politiques, nos privilèges raciaux et sexistes, et notre complicité involontaire dans l'oppression institutionnelle. ”3

La réflexion et la guérison de ces modèles mentaux internes, permettent à la communauté transformatrice de se muer en « guérisseurs blessés ». Ils adoptent une vision du monde fondée sur le partage des dons plutôt que sur la diminution. Pour ces communautés transformatrices, cela signifie marcher sur un chemin de discernement à la fois passionnant et souvent frustrant. Leur approche par discernement continu les ouvre à découvrir des réseaux sociaux qui vont augmenter leur capacité à accroître leur responsabilité sociale.

 

Discernement

Les communautés transformatrices sont des praticiens spirituels permanents qui reflètent une danse rythmique intérieure et extérieure. Les paroles de sœur Joan Chittister illustrent avec force cette danse. "La vérité spirituelle en profondeur est que le temps est toujours et toujours une invitation à la croissance. Que la sagesse des siècles nous façonne ou non, elle détermine la nature de notre civilisation, la profondeur de notre culture, le filtre spirituel à travers lequel nous, en notre temps, façonnons le caractère du monde qui nous entoure ". 4 L'auteur Judith Valente, dans son livre ‘Comment vivre : ce que la règle de Saint Benoît nous enseigne sur le bonheur, le sens et la communauté’, a mis ces mots en exergue comme étant le voyage fondateur de la communauté transformatrice en discernement. Les membres de ces communautés reconnaissent que le discernement les appelle à ce choix intemporel : prendre des risques par une action pour le bien commun. On n’applaudira pas toujours leurs décisions et leurs choix qui pourraient les laisser isolés et seuls.

Les communautés transformatrices reconnaissent l'appel à la sainteté en étant d’actifs participantes aux carrefours de notre culture en évolution. Elles se sont nourries en développant la capacité spirituelle de passer d’une position ou/ou au respect des polarités de la vie. Il y a un engagement intentionnel d'adopter le : ’en même temps’ plutôt que le : ou/ou. Elles soutiennent délibérément des polarités telles que : individu et communauté, contemplation et action, individu et systèmes. En vivant cette dimension, elles assainissent les schémas de l'ego collectif, et apportent la sagesse lors de moments historiques de chaos et d'instabilité.

Un véritable discernement collectif dans la prière s'attaque aux profondes questions de société qui nous font mal au cœur. Ce n'est pas la recherche collective de la bonne manière. Il accueille l'invitation divine à devenir porteurs d’espérance au milieu de sables mouvants. Une communauté transformatrice est un témoin vivant qui réalise le changement souhaité pour le monde.

Pour que le discernement devienne réalité, l’individu et le collectif doivent tous deux vivre une solide discipline contemplative. Les membres de la communauté sont engagés dans un rythme quotidien de pratique méditative qui mène à une transformation personnelle continue. Lorsque les membres apportent cette expérience intérieure au groupe, cela favorise un dialogue transformateur menant à une action commune de prise de risque. Le pape François a exprimé cette profondeur de réflexion en déclarant : « Nous nous rapprochons les uns des autres ; nous trouvons des points communs ; nous allons de l'avant pour le bien de tous ; nous faisons des œuvres de bienfaisance ; nous réalisons des actions éducatives, ensemble, beaucoup de choses. »5

 

Réseaux sociaux

La société se trouve à un carrefour historique où les frontières traditionnelles ne sont plus des obstacles. L'explosion des médias sociaux et des plates-formes de réseaux sociaux redéfinit les relations conventionnelles. Comme pour tout changement, il y a à la fois des avantages et des inconvénients. L'un des défis est générationnel. Aujourd'hui, il y a des ‘natifs’ de la technologie et des gens qui se bagarrent encore avec leur téléphone portable. Plus la technologie émergera, plus le fossé entre ces deux groupes augmentera. "Les réseaux sociaux ont éliminé les barrières de communication en simplifiant l'échange d'informations entre amis, collègues et étrangers, permettant ainsi à la culture de se répandre et d'influencer l'information qui nous entoure. Les membres nés dans une culture ne sont pas les seuls à pouvoir en faire partie. Ceux qui n’en font pas partie mais qui s'y intéressent peuvent également en apprendre davantage, la rejoindre et la célébrer. " 6

Les communautés transformatrices voient le monde comme un organisme vivant. Dynamique et fluide, il permet à des réseaux sociaux puissants et connectés de créer des solutions innovantes pour résoudre des problèmes sociaux critiques. Cela fait bouger les communautés d’une perception du monde statique ou rigide. Elles réalisent les avantages des réseaux sociaux pour créer des liens plus significatifs pour un impact social, ingrédient essentiel pour embrasser et apprécier la diversité dans ses myriades de formes. Ils cessent de réfléchir à la diversité en tant que mot à la mode ou pertinent. Au lieu de cela, les réseaux sociaux deviennent partie intégrante de la vie en une compréhension transformatrice où tous les aspects de la création ont une importance. Notre tentation actuelle d'être tribal nous empêche de nous attaquer aux problèmes sociaux causés par la nature : une maladie comme Ebola et une multitude d'autres problèmes qui ont une incidence sur la communauté mondiale. Ces réalités sociales, par leur essence même, nous appellent à rechercher des solutions qui transcendent nos différences ethniques, culturelles et autres.

Chaque jour, notre monde devient de plus en plus complexe. La solution aux problèmes sociaux urgents liés au climat dépasse les capacités et la portée d'une entité individuelle. Ainsi, un réseau social est fait de regards multiples pour un impact social plus important et plus profond. Les communautés transformatrices reconnaissent qu'elles font partie d'un système social plus vaste et plus connecté. C’est un appel à participer à l'expérience spirituelle qui consiste à entretenir des relations mutuelles d'engagement et de collaboration en vue d'un changement social.

Les réseaux sociaux sont des moteurs puissants du changement. Ces entités partagées existent aux niveaux local, régional, national et mondial. Ce cadre n'est pas un nouveau concept. Le terme réseau social décrit des communautés qui transcendent les compartiments individuels. Ce concept offre à un groupe la possibilité de passer, dans la réflexion et l’action, du dimensionnel au multidimensionnel. Ces entités sociales de connexion ouvrent la porte à une plus grande variété de solutions en une période de résolution de problèmes complexes dont on n’avait auparavant pas même l’idée.

Pour l’élaboration, la question cruciale est la suivante : « Qui sont nos partenaires ? ». Au cours du processus de planification, les groupes explorent leurs stratégies et leurs initiatives tout en réfléchissant et déterminant les liens possibles pour mettre en œuvre ces orientations. Lors d’une honnête discussion, cela offre au groupe la possibilité de s’approprier ses dons tout en reconnaissant leur interdépendance. Lorsque l’entité adhère à cette construction mentale, elle favorise une appréciation spirituelle plus profonde de la solidarité, en tant que communauté et société.

 

Responsabilité sociale

Gardiennes de toute la création, les communautés transformatrices croient que la responsabilité sociale est fondamentale. Cela se produit à un moment particulier dans le temps, et chaque choix a un impact sur les générations futures.

Ce principe s’inspire de la vision du monde des Amérindiens, à savoir l’impact jusqu’à sept générations.

Chaque décision tient en tension trois aspects croisés : la richesse du passé, la résolution des problèmes actuels et l’atténuation des répercussions sur les générations futures.

Yuval Noah Harari pose ces questions intemporelles : « Qui sommes-nous ? Que devrions-nous faire dans la vie ? De quels types de compétences avons-nous besoin ? Compte tenu de tout ce que nous savons et ignorons de la science, de Dieu, de la politique et de la religion, que pouvons-nous dire sur le sens de la vie aujourd’hui ? »7 Les communautés transformatrices reconnaissent et souscrivent pleinement à la quête spirituelle de ces questions. Elles comprennent le résultat de la reconnaissance de l'engagement de l'individu et de la communauté envers la transformation sociale.

Comme le dit le pape François : « Pour comprendre un peuple, pour comprendre ses valeurs, vous devez entrer dans l'esprit, le cœur, le travail, l'histoire et le mythe de sa tradition. » 8 Si nous voulons résoudre nos problèmes les plus pressants nous avons besoin d’agents de transformation qui incarnent cette responsabilité spirituelle. La responsabilité sociale n'est pas une Marque. C’est une invitation sacrée à gérer le développement spirituel et social pour améliorer la qualité de la vie dans le monde.

 

Récit

Les communautés transformatrices établissent un récit qui engage, à l’interne et publiquement, qui relie leur vision, leurs réseaux sociaux et leur impact social. « La narration renforce les cultures et, plus important encore, la préserve pour les générations futures. Le peuple juif est considéré comme « une nation de conteurs, car il a une riche tradition de transmission de paraboles, fables, contes populaires et contes sacrés qui se transmettent de génération en génération » 9. L’histoire d’un collectif est plus que de l’éloquence. C'est une manière indispensable de partager l’identité. Le récit dépeint le cœur et l'âme de la communauté à travers les yeux de tous.

Les communautés transformatrices reconnaissent que leur histoire a une qualité à la fois actuelle et transcendante. Elles reconnaissent l'importance vitale d'un récit qui puisse inspirer le changement social. En même temps, il affirme une histoire en évolution qui aligne ce qui donne sens et espoir sur le chemin.

L'avènement des nombreux outils de médias sociaux souligne l'importance d'avoir un message fort. Les médias sociaux peuvent relier le message de la communauté transformatrice à un ensemble plus étendu de réseaux sociaux. Les personnes qui n'ont aucun lien direct avec une communauté peuvent être liées à une cause ou à un message via les médias sociaux, via un ami ou un collègue.

Avec l'expansion continue des outils de communication, il est essentiel de disposer d'une stratégie de communication efficace. Dans un monde en mutation, il est impératif d’actualiser et de garder son message à jour. Les communautés transformatrices mettent en place un moyen permanent et intentionnel de faire en sorte que leur vision et leurs activités se déroulent sur la place publique.

Yuval Noah Harari pose la question dans son livre :

"Comment vivez-vous, à une époque de confusion, alors que les vieilles histoires se sont effondrées et qu'aucune nouvelle histoire n'a encore émergé pour les remplacer ?" 10

C’est le pèlerinage sacré de la communauté transformatrice : participer à l’élaboration d’un nouveau récit pour elle-même et pour la société.

 

Résumé

En ces temps agités, il devient évident que les communautés transformatrices sont essentielles. Alors que notre histoire mondiale continue de se dérouler, ces communautés empruntent un chemin spirituel qui recherche une transformation continue. Il est essentiel de faire ce voyage spirituel pour participer au nouveau paradigme mondial émergent.

Par leur attitude contemplative et leur esprit de discernement, les communautés transformatrices offrent une fenêtre potentielle sur la création de congrégations en bonne santé. Elles posent les questions intemporelles : « Qui sommes-nous ? Que devrions-nous faire dans la vie ? De quels types de compétences avons-nous besoin ? Compte tenu de tout ce que nous savons et ignorons de la science, de Dieu, de la politique et de la religion, que pouvons-nous dire du sens de la vie aujourd'hui ? »11 Comme nos ancêtres, ces questions sont la quête spirituelle de la communauté transformatrice appelée à marcher sur ce chemin sacré unique avec honnêteté, dans la souffrance et l’espoir de créer un monde sain et saint.

 

 

_______________________

1 Delio, Ilia. Une soif de plénitude : âme, espace et transcendance. Presse pauliste, (2018), Imprimé.

2 Le pape François et D. Wolton. Politique et Société. St. Martin's Essentials, (2018), Imprimé. Quatrième de couverture.

3 Harari, Yuval N. 21 Leçons pour le 21e siècle. Spiegel & Grau, 2018. xvi

4 Valente, Judith. Comment vivre : ce que la règle de Saint Benoît nous enseigne sur le bonheur, le sens et la communauté. William Collins, 2018.

5 Le pape François et D. Wolton. Politique et Société, 19.

6 Dempsey, Martin E. et Ori Brafman. L'inclusion radicale : ce que le monde de l'après-11 septembre aurait dû nous apprendre sur le leadership. Missionday,

(2018), impression 73.

7 Harari, Yuval N. 21 Leçons pour le 21e siècle. Spiegel & Grau, 2018, Imprimé. xviii.

8 Le pape François et D. Wolton. Politique et Société, 27.

9 Gallo, Carmine. Le secret du conteur : des conférenciers TED aux légendes du monde des affaires, pourquoi certaines idées se propagent et d'autres pas. St. Martin's Press, 2016, Imprimé. 230.

10 Harari, 21 leçons, xviii.

11 Ibid., Xviii.

 

Réimprimé avec la permission de Community Works, INC.