MIGRANTS AUX ÉTATS-UNIS

 

Sujet brûlant s’il en est dans l'esprit de la famille du Bon Pasteur : la séparation des enfants immigrants de leurs parents à la frontière américaine. Des centaines de « guerriers de la liberté » des États frontaliers ont commencé à se rassembler auprès des camps de détention de Tornillo, au Texas, à la fin du mois de juin. Pour montrer à la nation que les gens ne défendront pas la force de déportation. Les rassemblements répondaient à la détention de plus de 1500 mineurs.

C'est le dernier décret du président Donald Trump. Il produit la séparation des familles à travers le pays et renforce la loi intérieure.

Vingt milles à l'extérieur d'El Paso, au Texas, le long de la frontière entre les États-Unis et le Mexique, se trouve le Port d'Entrée de Tornillo, une installation des douanes et de la protection des frontières des États-Unis.

L'administration Trump a choisi ce camp comme premier site de logement temporaire pour le flot de mineurs non accompagnés et d’enfants de parents migrants détenus, dans le cadre de la nouvelle politique de « tolérance zéro » de l'Administration.

Réponse du Bon Pasteur au Décret

Le 20 juin 2018, les Sœurs américaines du Bon Pasteur ont fait une déclaration au président des États-Unis. Le Cercle des Provinciales d'Amérique du Nord a signé la déclaration, avec le Centre National de Plaidoyer des Soeurs du Bon Pasteur et l'ONG du Bon Pasteur à statut consultatif spécial auprès de l'ECOSOC, Nations Unies.

Voici une partie de la déclaration :

"En tant que personnes de foi et de conscience, la Congrégation de Notre-Dame de la Charité du Bon Pasteur aux Etats-Unis, le Centre National de Plaidoyer des Sœurs du Bon Pasteur et le Bureau de Justice et Paix du Bon Pasteur International condamnent fermement la politique des Etats-Unis modifiant la protection des demandeurs d'asile fuyant la violence domestique et la violence des gangs, ainsi que la politique de « tolérance zéro » qui a entraîné la séparation inhumaine et délibérée des enfants et des parents immigrants à la frontière des États-Unis.

"Nous appelons à la fin immédiate de ces politiques cruelles et immorales, qui ont un impact particulièrement néfaste sur les femmes et les enfants migrants. Face à ces mauvais traitements flagrants à l'encontre des personnes les plus vulnérables qui cherchent refuge aux États-Unis, nous ne pouvons pas rester silencieuses. "

La déclaration poursuit en disant : "Il n'y a aucune raison d’arracher les enfants à leurs parents et de les garder dans des conditions punitives. Les familles et les enfants touchés sont parmi les plus vulnérables, ils fuient souvent une violence et une persécution inqualifiables dans leurs pays d'origine et ne constituent pas une menace pour la sécurité nationale. "

Les signataires de la déclaration ont donné tort à l'administration Trump pour affirmer à plusieurs reprises que la politique est la « loi ». En fait, le gouvernement des États-Unis a la responsabilité, en vertu de la loi américaine, d'entendre les demandeurs d'asile ou d'immigration. Non pas de les intimider ou les empêcher de chercher une protection.

Les représentants du Bon Pasteur ont également décrit comment les politiques de dissuasion ne fonctionnent pas, car elles ne s’attaquent pas en premier lieu aux causes profondes qui forcent les gens à quitter leur foyer.

Les signataires ont également abordé la façon dont cette politique expose les familles à un risque extrêmement élevé de nouvelles violations de leurs droits.

"Cette politique est contraire aux valeurs et aux principes de régularité de la procédure, de solidarité, d'unité familiale et de liberté qui sont inscrits dans la loi américaine", peut-on lire dans le communiqué.

En outre, la déclaration signée indique que la politique de l'Administration est une violation des droits de tous les migrants reconnus par le droit international, notamment le droit de migrer, le droit de demander l'asile, les droits de l'enfant et le droit à la vie familiale.

Il poursuit en déclarant que la détention entraîne des traumatismes physiques et mentaux ainsi que des problèmes psychosociaux et de développement pour toute la vie.

« Les alternatives communautaires sont plus efficaces, plus rentables et respectent mieux les droits de l'homme », affirme le communiqué.

 

La famille américaine du Bon Pasteur croit que la politique de l'administration Trump est inhumaine et va à l'encontre de la doctrine sociale de l’Eglise catholique ...

 

"Les Etats-Unis devraient poursuivre ces approches alternatives qui respectent les droits fondamentaux des enfants et des familles à la liberté, à la sécurité et à la dignité humaine", déclarent les signataires.

La famille américaine du Bon Pasteur croit que la politique de l'administration Trump est inhumaine et va à l'encontre de l'enseignement social catholique : aimer son prochain, accueillir l'étranger et respecter la dignité humaine de chaque personne.

Les sœurs qui ont signé la déclaration au président Trump : Frances Aguillon, leader de la province du centre-sud de la province des États-Unis ; Maureen McGowan, leader de la province de l'État de New York et Madeleine Munday, leader de la province de Mid-North America.

Les autres signataires étaient : Soeur Winifred Doherty, principale représentante des ONG auprès des Nations Unies, Congrégation de Notre-Dame de Charité du Bon Pasteur,  et Lawrence Couch, Directeur du Centre National de Plaidoyer des Soeurs du Bon Pasteur.

Les Sœurs américaines et les partenaires de la mission se préparent à protester contre la politique de tolérance zéro le 7 juillet 2018. Elles se joindront aux organisations communautaires locales à El Paso, à d'autres organisations catholiques et à divers groupes qui s'opposent à la nouvelle politique de l'administration sur les migrants.

Des articles sur le sujet feront état de la participation du Bon Pasteur à la manifestation dans le numéro d'août.

Comment agir

• Appelez le ministère de la Justice au 202-353-1555. Exprimez votre désaccord sur les changements apportés à la politique d'asile par le procureur général Jeff Session et dites-lui de mettre fin à la politique de séparation des familles.

• Appelez vos sénateurs et vos représentants. Dites-leur que vous vous opposez à des projets de loi sur l'immigration qui restreindront les canaux de migration réguliers, diviseront les familles, blesseront les enfants et encourageront les déportations massives

• Utilisez des hashtags et élevez votre voix sur les médias sociaux. #FamillesBelongTogether #KeepFamiliesTogether #ThereAreAlternatives

• Rejoindre ou organiser un rassemblement ou une veillée locale. Trouvez un événement près de chez vous et participez.

• Aider les organisations de soutien qui fournissent des abris, des services médicaux, une représentation légale et un soutien psychosocial aux enfants et aux familles immigrants. Faire du bénévolat ou faire un don