Prendre plus profondément conscience de la présence de Dieu

 

En tant que Partenaire de Mission ...

Le thème et le logo du chapitre nous invitent à:

Prendre plus profondément conscience de la présence de Dieu

 Dieu est présent en nous.

Dieu est présent autour de nous, dans la nature qui s’offre à nos yeux.

Dieu est présent dans ceux avec qui nous formons une communauté.

Dieu est  présent dans nos compagnons partenaires dans la mission.

Dieu est présent dans les femmes et les enfants que nous servons dans nos «foyers».

Dieu est présent dans ceux que nous servons dans nos paroisses.

Dieu est présent dans nos bienfaiteurs qui soutiennent notre mission d'une manière ou d'une autre.

 Nous demandons à Dieu la grâce d'ouvrir nos yeux et nos cœurs à cette myriade de personnes

• qui ont un visage

• qui ont un nom

• qui ont une histoire de vie

• qui ont été confiées à notre amour, soin et attention. 

Nous plaçons devant Dieu l’expression de leur visage très souvent déformé par leur immense souffrance due à la douleur physique, spirituelle (perte de sens dans leur vie), psychologique et sociale qu'elles ont endurée, jour après jour, pour une raison ou pour une autre. Nous prions pour elles, afin que nous puissions les encourager à lever les yeux vers Dieu, toujours fidèle et miséricordieux, qui leur tend la main à travers chacun de nous. Nous prions pour qu’elles puissent sentir Dieu les prendre dans ses bras si doux, si tendres, avec son pouvoir rassurant et guérisseur qui les remet  progressivement des blessures et des bleus de leur vie. Nous prions pour que Dieu remplisse leurs cœurs vides d'un amour abondant et que leurs esprits soient comblés de la paix réelle qui vient de Dieu seul.

L'énergie de l'amour au cœur de l'univers.

Les personnes que nous servons sont très souvent des individus et des familles dont l’amour a été trompé, maltraité et / ou abusé à différents niveaux. Les marques extérieures, d'abus visibles à nos yeux humains ou, pire encore, les marques invisibles et non tangibles sont parfois plus douloureuses que celles que nous percevons de nos yeux. Nous prions pour que Dieu nous remplisse, ainsi que ceux que nous servons, de l'énergie de l'amour. Un amour semblable à celui que saint Paul a appelé "un amour qui nous pousse" à lutter contre les barrières sociales et politiques de l'inhumanité, de l'injustice, de l'incompréhension, du manque de sympathie et de bienveillance.

Appelées à prendre conscience de cet amour.

Une prise de conscience accrue de l'amour de Dieu doit être semblable à l'arbre planté près des rives du fleuve et dont les racines sont constamment trempées dans les eaux de l'amour de Dieu. Notre rive est notre contemplation de la Parole de Dieu et notre rencontre quotidienne avec « Elle », telle qu'elle est célébrée et nous est communiquée, idéalement, à travers la liturgie de l'Eucharistie ou par le temps que nous lui consacrons dans nos routines quotidiennes.

Appelées à expérimenter et à respecter notre interdépendance fondamentale les uns envers les autres et envers toute personne vivante.

Et ceci, seulement, en connaissant et en vénérant ceux que:

• nous sommes appelés à servir,

• ceux qui font partie de notre communauté, 

• nos partenaires dans la mission avec lesquels nous partageons les défis et travaillons avec acharnement, avec qui nous venons de faire l'expérience de l'interdépendance fondamentale les uns envers les autres et envers toute personne. 

Nous sommes appelées à prendre conscience et devons continuer à le faire, que ce sont les personnes que nous servons, qui nous rassemblent et nous rappellent l’amour, le soin, les compétences, les capacités et le savoir-faire que nous avons acquis au fil des années, alors que nous nous efforcions de les servir de la meilleure façon possible.

La vie créée n’est pas seulement la nouvelle vie devant laquelle nous sommes souvent en admiration, lorsque nous assistons à la naissance d’un nouveau-né, comme cela se produit parfois dans nos « foyers » ou dans nos paroisses. C'est une vie créée chaque fois que nous voyons une femme ramasser les morceaux de sa vie et essayer de tout mettre en œuvre loin de ceux qui ont porté atteinte à sa dignité à tous les niveaux. La vie créée, c’est quand un enfant peut reprendre sa scolarité et ses loisirs quotidiens normaux, ce qui le guérit émotionnellement alors qu’il ou elle s’efforce de suivre sa mère dans un nouveau mode de vie, loin de la personne qui a violé sa maison, son espace quotidien sacré. La vie créée consiste à témoigner aux paroissiens dans le besoin, que nous servons et qui, à travers nous, ont accès à la nourriture, aux vêtements et à un travail décent qui leur permet de gagner leur vie et, comme le dit le pape François, leur dignité humaine.

Appelées à être image de cet amour,

Dieu créateur de tous les êtres nous attire à cet amour. Si Dieu ne nous attire pas  à aimer, notre labeur et notre travail seraient vains, comme le dit le psaume.

Appelées à sortir spontanément avec zèle,

C'est cet amour qui nous attire constamment et qui alimente et enflamme un flot de zèle spontané, c’est le quatrième vœu que la SGS professe. Zèle pour la réconciliation et le salut de tous ceux avec qui nous interagissons, qu'il s'agisse de personnes pour lesquelles nous exerçons un ministère, ou de la communauté dans laquelle nous sommes appelées à vivre ou des partenaires dans la mission aux côtés desquels nous sommes appelées à servir. Nous sommes appelées à ce même zèle qui a rempli Saint Jean Eudes et Sainte Marie Euphrasie, au point de travailler sans relâche pour établir des havres de paix sûrs dans nos maisons d’accueil et dans les communautés paroissiales où nous servons.

Appelées à être poussées à se passionner pour la justice pour contester les structures dominantes de l'injustice.

Ce même zèle nourrit notre passion pour la justice, qui est souvent piétinée à divers niveaux et avec de différents scénarios. Chaque jour, les femmes et les enfants de nos centres attendent que justice soit rendue, alors qu'ils dénoncent le crime causé par la violence domestique. Ils attendent que la justice du logement social leur soit offerte, car ils n'ont pas de domicile où aller ou celui dont ils disposent n'est pas assez sûr pour y retourner. Les paroissiens que nous servons chaque jour attendent que justice soit rendue - car ils s'attendent à recevoir un salaire journalier décent, des avantages sociaux en cas de besoin, un logement social lorsqu'ils ne peuvent pas aborder le prix élevé de location, ou prendre un rendez-vous dans les hôpitaux quand leur santé est en danger.

Appelées à vivre en harmonie avec l'humanité et toute la création

Dieu nous appelle à vivre en bonnes relations avec tous les hommes et toute la création. Accueillons cet appel avec un cœur et une ouverture d’esprit, conscients du fait que Dieu sera là pour nous soutenir dans cette entreprise qui n’est pas chose facile. Demandons la grâce de soutenir cet appel en nous nourrissant de méditation et de contemplation constantes, des sacrements de réconciliation et de la Sainte Eucharistie, et permettons-leur de maintenir notre relation avec Dieu, l’humanité et toute la création. Ne cessons jamais de demander la grâce d'être de dignes bergères et de veiller sur les personnes que nous servons dans « foyers » et nos paroisses, sur la communauté avec laquelle nous avons été appelées à vivre et sur les partenaires en mission avec lesquels nous sommes appelées à partager les mêmes pâturages.

Bernadette Briffa                                                      

Partenaire de mission / Malte